Les installations hydroélectriques du Verdon

Le Verdon prend sa source dans les Alpes du Sud et se jette dans la Durance, près de Vinon-sur-Verdon.
Son cours est jalonné par 5 barrages hydroélectriques qui font partie des 33 centrales et 17 barrages de la chaîne « Durance - Verdon ».

 

Les différents usages des aménagements hydroélectriques sur le Verdon

L’eau stockée dans les retenues EDF a de nombreux usages :

  • Produire de l’électricité : une production équivalente à la consommation annuelle de 195 000 personnes (puissance installée 295 MW), soit plus de l’ensemble de la population des Alpes-de-Haute-Provence.
  • Irriguer les terres agricoles et alimenter la région en eau potable et industrielle : via notamment le canal de Provence alimenté depuis la retenue d’Esparron-Gréoux.
  • Développer le tourisme : Les lacs de Castillon, de Sainte-Croix, de Quinson et d’Esparron permettent la pratique de la voile et du canoë, auxquels se mêlent de petits bateaux électriques. Le Verdon à l’aval du barrage de Chaudanne propose des activités plus sportives : raft, kayak, nage en eau vive. Les rives du Verdon représentent plus de 30 % des nuitées touristiques annuelles du département des Alpes-de-Haute Provence.

 

Une gouvernance partagée pour limiter les conflits d’usage

Ces usages sont parfois en opposition les uns et les autres. Comme pour d’autres rivières de France, le Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau du Verdon (SAGE), approuvé par un arrêté inter-préfectoral du 13 octobre 2014, permet de concilier les différents usages de l’eau en instaurant certains principes de gestion de la rivière et des aménagements hydroélectriques exploités par EDF.

C’est ainsi que le SAGE Verdon établit des cotes touristiques en période estivale pour les retenues de Castillon et de Sainte-Croix. Il définit également de nouvelles valeurs du débit réservé (débit délivré en permanence à l’aval des barrages afin de préserver les milieux aquatiques et les autres usages situés à l’aval). Depuis 2011, ce débit réservé est de 3 m3/s (1,5 m3/s en été) à l’aval du barrage de Chaudanne, et de 2,2 m3/s à l’aval du barrage de Gréoux.

 

Gestion annuelle des retenues d'eau

  • Hiver : abaissement de la retenue par turbinage pour répondre aux pics de consommation ;
  • Printemps : remplissage des lacs à partir des débits entrants (fonte de la neige) ;
  • Été : maintien d’une cote touristique sur le lac de Castillon et de Sainte-Croix, ainsi que d’une réserve énergétique constituée en fin de remplissage printanier en vue de l’hiver prochain. Très peu de production hydroélectrique ;
  • Automne : reprise des programmes de production hydroélectrique (abaissement de la retenue) en lien avec les pics de consommation électrique et la situation hydrologique.

Comprendre la gestion estivale Castillon-Chaudanne

A lire aussi

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8